Photo : Ciel d’Uzeste, 1er août 2017

“L’oubli est ascension vers la porte de l’abîme
Voilà que j’oublie mes fins, que je m’élève et m’écrase. Où éprouve-t-on le vrai
Dans la marche ou aux fins heureuses des routes ?
Et si j’aboutis, comment marcher ? Comment brandir une idée ou une chanson ?
J’ai restreint mon abîme pour que mon pas s’y allonge. et j’ai assis le ciel sur les gravats
Et je dois oublier pour secouer de mes poignets les chaînes de nombreux chemins
Et je dois oublier mes dernières défaites pour voir l’horizon des commencements
Et je dois oublier l’origine pour l’y diriger, confiant en elle et en moi
Parce que je ne cesse de l’interroger, je ne trouve de forme à ma voix que souterraine […]”

Mahmoud Darwich, extrait de Au dernier soir sur cette terre

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s