L’origine est un tourbillon dans le fleuve du devenir,
et elle entraine dans son rythme la matière de ce qui est en train d’apparaître.

Cette phrase de Walter Benjamin est inscrite au creux de ma main depuis hier après-midi. D’abord apparue sur l’écran en tissu blanc de la pièce que l’artiste-plasticienne et ses amies avaient installée pour l’assemblée. Elle mettra exactement un jour pour s’estomper complètement, au gré des contacts de l’eau et du savon. Quelque chose demeure pourtant d’une trace. Invisible à l’oeil. Le souvenir de ce qui a été. Un bref instant. Une surface. Matière d’un devenir. Le lieu d’une danse. L’hybridité de nos corps.

Comme un désir de danser avec. Se laisser prendre dans le tourbillon de ce phrasé qui entraîne, aux abords du vertige. Quelque part là au creux de la main. Un écho à ce que seul peut-être le corps sait de l’épreuve d’une vie à chercher. A tâtons, dans une ou plusieurs directions. Un endroit depuis lequel peut-être tenir. Ou simplement se tenir, aux racines de l’ambivalence et du déséquilibre :

“Tenir du fleuve l’apaisement
pour les terreurs des petites
filles aux allumettes tenir
du père et de la mère tenir
des arbres les racines avec
un geste planté debout.”

écrit Albane Gellé dans son magnifique poème Si je suis de ce monde

*

L’expérience poétique commence là où naît une perception inattendue. Quelque part dans l’ouvert. La main se veut ouverte. Elle n’y parvient pas toujours. Parfois il faut d’abord lutter :

J’ai mis dans mon poing
L’avenir qui point
La force future
De loin je venais
A l’esprit qui naît
Au-delà des murs.

Ces vers sont de Pierre Seghers dans l’un de ses poèmes de la Résistance intitulé « Les lendemains ». Parmi les phrasés qui ont guidé ces dernières années ma pratique de la poésie par coeur, les vers de Pierre Seghers tiennent une place importante, ainsi en est-il de ceux du poème « Mon coeur » :

Comme une main qui se referme
Comme un refus qui se raidit
Comme un défi aux yeux de fer
Mon coeur
[…]
Un prisonnier qui se débat
Sans mouvement et marche droit
Ses poings sont devenus de bois
Mon coeur

*

Si nul sait ce que peut un corps, nul non plus ne sait ce que peut la main dans ses élans et ses replis. Ce qu’elle peut agripper, effleurer, tendre ; combien elle peut parfois permettre de se défendre. Des mains qui touchent au monde, dessinent parfois dans le vide avec emportement ou précision, fabriquent de l’intérieur ce qui n’a pas pourtant pas de contours. Entre ciel et terre. Une écriture. Une souffle. Quelque chose d’un destin à façonner de ses mains.

Advertisements

A paume ouverte (novembre 2017)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s