Pérégrinations en Jura

Un dimanche d’octobre [2014] sur le parking de Lavans-lès-Saint-Claude. Je viens de loin et ne connais pas grand monde. Les randonneurs arrivent par petits groupes, terminent de se préparer, discutent joyeusement. Une caméra au poing, je filme les paires de chaussures bien arrimées. Le départ est prévu à proximité du parcours sportif.

Début de la ballade, on suit ceux de devant. Premier arrêt : le Maire de la commune vient nous parler d’un projet d’éco-quartier. La petite troupe écoute avec attention. Son discours volontaire a aussi sa part de poésie, invitant à ré-enchanter nos relations de voisinage, à réinventer nos manières d’habiter.

Nous reprenons chemin, entre passages boueux et herbes hautes. Nous voilà bientôt sur un plateau, scrutant les lueurs et guettant la pluie. Quand celle-ci arrive, nous sommes déjà bien à l’abri dans l’endroit mis à disposition par le moutonnier. Chacun prend place sur l’un des bancs. C’est l’heure d’écouter les complices-invités dont deux participantes introduisent l’intervention. Une géographie poétique se dessine ainsi à travers l’histoire d’Elisée Reclus racontée par Alexandre Chollier et la lecture par Marie-Hélène Lafon de quelques-uns de ses propres textes. La pluie redouble d’intensité. Pas de doute, nous écoutons des lectures en pleine-nature.

Avant de rejoindre en covoiturage le point de ralliement du déjeuner, nous tenons à poursuivre la ballade malgré les conditions climatiques fraîches et humides. Le Maire nous guide, commente le panorama et discute publiquement avec le moutonnier.

On randonne seul ou deux par deux : des couples se forment, esquissent une discussion, puis se séparent. On chemine ensemble, s’indiquant les éventuels dangers. On passe du face-à-face quotidien, parfois embarrassant, au « côte à côte » au cours duquel les langues se délient, et qui nécessite que l’on s’adapte quelques instants au pas de l’autre. Ainsi l’expérience de la marche est déjà une expérience de partage. On a de quoi parler, se dire ce que l’on a pensé des lectures qui ont eu lieu juste avant. Les intervenants (l’écrivain, l’éditeur, l’élu, le moutonnier) ne disparaissent pas brutalement, ne glissent pas « hors-champ » : ils cheminent avec nous, « à travers champs ». Le dialogue entamé peut ainsi s’étirer tout le temps de l’arpentage.

Puis vient l’heure du repas à la serre de Champandré, devenue une véritable ruche dans laquelle tout le monde s’affaire. La gigantesque marmite de soupe et les étales de livres se font face. Avec un bol, les randonneurs se faufilent. Chacun se trouve une place et reprend des forces grâce aux mets préparés à base de produits locaux. En début d’après-midi, nous rangeons les tables et installons les bancs, tout le monde s’y met ensemble dans l’impatience, presque enfantine, d’assister au spectacle.

Batterie, voix, poésie et feuilles de salade sont ainsi offertes pour saluer le travail de deux jeunes agriculteurs, restituer la rencontre du poète en résidence avec de jeunes collégiens, questionner plus largement ce qui semble faire le sel de la  vie des habitants du Haut-Jura. Des rires, de l’émotion, l’envie de faire monde commun.

Pour la jeune urbaine que je suis, la pérégrination poétique, dans sa manière de laisser s’entrelacer poésie et politique, moments forts et petits rituels sociaux d’apparence banale, me semble rendre plus concrètes et incarnées les grandes problématiques (écologiques, économiques, politiques, sociales, etc.) auxquelles nous sommes collectivement confrontés. Une  expérience certes éphémère mais qui ne manquera pas de laisser des traces.

Témoignage rédigé en novembre 2014

pour l’association Saute-frontière

***

Mémoire de Master 2 “Les Pérégrinations en Jura : analyse d’un dispositif éco-poétique” sous la direction d’Yves Citton (Université de Grenoble-Alpes) : AmDz_Mémoire Pérégrinations_Analyse d’un dispositif éco-poétique

Article “Éprouver et penser le dispositif” sur le site des Fabriques de sociologie : http://corpus.fabriquesdesociologie.net/eprouver-et-penser-le-dispositif/

***

A venir

Le prochaines Pérégrinations en Jura (7 au 9 octobre 2016) seront l’occasion de se demander : “Comment regardons-nous le paysage ?”. Le programme est en ligne sur le site de l’association Saute-frontière : http://www.sautefrontiere.fr/pages/les-peregrinations.html

***

Traces

Programme de l’édition 2014 des Pérégrinations : http://www.sautefrontiere.fr/pdf/2014Peregrinations13.pdf

Bookleg de la lecture-concert Marions-nous ! Vers la frugalité joyeuse de Claude Guerre et Laurence Vielle (paru aux éditions Maelström) : http://www.maelstromreevolution.org/pages/FRA/prodotto.asp?ProdottoID=345&FamigliaID=0

Vidéos des Pérégrinations 2014 (réalisation : Patrice Masson) : https://vimeo.com/user35268443

Images des Pérégrinations 2014 (photographie : Daniel Serve) : https://share.orange.fr/#L3phMgcPtV3ccb9c5dd8

Blogosphère poétique (auteurs invités des Pérégrinations 2014)

Thomas Vinau : http://etc-iste.blogspot.fr/

Frédérick Houdaer : http://houdaer.hautetfort.com/

Béatrice Brérot : http://beatricebrerot.over-blog.net/

Marie-Hélène Lafon : http://www.buchetchastel.fr/joseph-marie-helene-lafon-9782283026441